Collazzi

Collazzi ist ein Vorzeigeweingut in der Toskana, auf dem sich der Marchese Lamberto de’ Frescobaldi mit dem Önologen Alberto Torelli und seinem Team dank immer neuen Ideen in immer neue Höhen schaukelt. Ein Besuch, der auch durch die Geschichte der Jahrhunderte geht.

En savoir plus sur Collazzi

×
Définissez vos filtres de recherche :
Acheter pour
Catégories
Profil de goût
Prix en CHF
Filtres avancés
Vos filtres de recherche :
15 produits
par page
Par ordre décroissant
Libertà Toscana igt Tenuta i Collazzi 150cl
Vin rouge, 150 cl, Italie
Collazzi 41.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Libertà Toscana igt Tenuta I Collazzi 75cl
Vin rouge, 75 cl, Italie
Collazzi 19.90 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Ferro Petit Verdot Toscana igt Tenuta i Collazzi 150cl
Vin rouge, 150 cl, Italie
Collazzi 240.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Bastioni Chianti Classico DOCG Tenuta i Collazzi 75cl
Vin rouge, 75 cl, Italie
Collazzi 22.80 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Collazzi Toscana igt Tenuta i Collazzi 300cl
Vin rouge, 300 cl, Italie
Collazzi 222.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Collazzi Toscana igt Tenuta i Collazzi 150cl en HK
Vin rouge, 150 cl, Italie
Collazzi 107.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Collazzi Toscana igt Tenuta i Collazzi 75cl
Vin rouge, 75 cl, Italie
Collazzi 48.50 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Otto Muri Fiano Toscana igt Tenuta i Collazzi 75cl
Vin blanc, 75 cl, Italie
Collazzi 22.60 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Ferro Petit Verdot Toscana igt Tenuta i Collazzi 75cl
Vins de fête/cadeaux, 75 cl, Italie
Collazzi 113.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Collazzi Toscana igt Tenuta i Collazzi 150cl
Vin rouge, 150 cl, Italie
Collazzi 97.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Libertà Toscana igt Tenuta i Collazzi 300cl
Vin rouge, 300 cl, Italie
Collazzi 83.50 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Collazzi Toscana igt Tenuta i Collazzi 37.5cl
Vin rouge, 37,5 cl, Italie
Collazzi 26.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Ferro Petit Verdot Toscana igt Tenuta i Collazzi 300cl
Vin rouge, 300 cl, Italie
Collazzi 510.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Ferro Petit Verdot Toscana igt Tenuta i Collazzi 600cl
Vin rouge, 600 cl, Italie
Collazzi 1 080,00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
Ferro Petit Verdot Toscana igt Tenuta i Collazzi 1200cl
Vin rouge, 1200 cl, Italie
Collazzi 2.250.00 CHF Taxe comprise... plus frais d'expédition
15 produits
par page
Par ordre décroissant

Collazzi

Collazzi est un domaine viticole modèle en Toscane, où le marquis Lamberto de' Frescobaldi, l'œnologue Alberto Torelli et son équipe se balancent vers de nouveaux sommets grâce à des idées toujours nouvelles. Une visite qui traverse aussi l'histoire des siècles.

 

 

"C'est ici que j'ai appris à conduire une Vespa", dit le marquis Lamberto de' Frescobaldi en montrant l'allée poussiéreuse de cyprès. Hier comme aujourd'hui : il aime la vitesse. Sur des motos, dans des voitures de course. Nous y reviendrons. L'allée nous éloigne également de notre histoire, de l'une des villas les plus importantes de la région de Florence, et ceux qui connaissent Florence et sa région se doutent de la signification de cette affirmation. Mais avant de nous disperser : où sommes-nous, que faisons-nous ? Nous sommes devant la Villa Collazzi. Elle se trouve à Giogoli, tout près de Scandicci, à 7 kilomètres de Florence, sur les "Colli Pazzi", selon l'expression du marquis. Ah oui - on voit la coupole de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Comme le nom Frescobaldi le suggère, il s'agit ici d'un amour inconditionnel pour le vin. "Collazzi est un projet privé", précise toutefois le marquis, "c'est ici que nous passions autrefois nos vacances", ajoute-t-il. C'est ainsi que l'on s'imagine la vie à la campagne. Dans une villa majestueuse, achevée en 1560 sur la base des plans de Santi di Tito, élève de Michel-Ange. Le périmètre ? 300 hectares de terrain, dont 120 hectares d'oliveraies, 33 hectares de vignes, le reste en forêt. A l'intérieur, une chapelle privée consacrée avec un siège de pape, une bibliothèque, de vastes archives d'écrits qui documentent de nombreuses affaires entre les familles Strozzi, Dini et Medici, sans doute la plus grande table de billard d'Italie, qui montre qu'à l'époque, on jouait au billard à la main, deux globes précieux, minutieusement réalisés vers 1711 sans l'Australie, parce qu'on ne la connaissait pas encore à cette époque. Il y a des tableaux rayonnants accrochés aux murs, si grands qu'ils ont dû être créés dans les pièces elles-mêmes, de la porcelaine fabriquée avec art pour la famille Dini dans un buffet massif dont les dimensions ne peuvent pas être saisies avec un mètre normal et des meubles sur des meubles qui pourraient raconter l'histoire. Mais ils restent silencieux. L'intérieur de la villa est le calme même.

 

 

"Collazzi est pour moi comme un rêve merveilleux".

Lamberto de' Frescobaldi

 

Tout est original. Pièce par pièce, l'histoire culturelle à portée de main - eh bien. La villa reste avant tout une maison privée et n'est pas un musée, la famille se trouvant plutôt à l'étage supérieur. En bas, les grandes pièces hautes, non chauffées, reliées de manière invisible en coulisses par les couloirs des domestiques, impressionnent naturellement. L'essence même de la richesse est également annoncée par les petites choses qui ont traversé ici les siècles en toute modestie et en dépit de tous les troubles, de toutes les confusions et de tous les bombardements, stoïquement. Remarquable. Par exemple, sur la table de la chambre rouge (à côté d'un antique presse-orange en bois) se trouve un étrange boîtier de vote. On le fait circuler, on choisit une boule et on la place dans la boîte sous le couvercle en bois, invisible pour le spectateur. Soit à gauche pour "SI", soit à droite pour "NO". Cette boîte pratique a sans doute évité bien des disputes lors des décisions de la famille.

  

 

La petite chaise longue discrète de l'une des chambres à coucher pourrait également gémir. On dit qu'elle a tellement plu au prince Charles qu'il en a fait faire une copie. Lui et Diana ont passé la nuit dans cette chambre en avril 1985. La famille Marchi est amie avec la famille royale d'Angleterre et la famille Frescobaldi y livrait déjà du vin au 15e siècle, ainsi qu'à d'autres maisons royales. Connaissez-vous Thomas Cromwell ? Il a rencontré le banquier Francesco Frescobaldi à Florence en 1533 et qui sait quelles autres relations il a nouées ? C'est une autre histoire, bien que beaucoup de choses soient ici liées à beaucoup d'autres, tout comme les familles Marchi et Frescobaldi sont liées entre elles depuis 1958. Cela commence tout de suite. Mais tout d'abord, les banquiers Baccio et Agostino Dini ont acheté en 1534 la propriété sur laquelle l'architecte en question, Santi di Tito, a achevé la construction de la villa 26 ans plus tard. En 1933, les frères Carlo et Giulio Marchi ont acheté la propriété, l'ont rénovée et l'ont achevée dans sa forme actuelle. Certes, c'est un grand saut dans le temps, mais il faut aller de l'avant, car le Marchese a peu de temps. L'histoire de la façon dont il a appris à conduire une vespa à la Villa Colazzi est - comme nous l'avons dit - liée au mariage. Bona Marchi, qui avait repris la villa avec son frère Carlo, a épousé un homme du nom de Vittorio de' Frescobaldi, ils ont eu quatre enfants. Depuis 1989, son fils Lamberto dirige le secteur agricole et viticole de l'entreprise familiale de' Frescobaldi - "la 30e génération", souligne-t-il avec routine. Il était donc logique qu'il s'occupe aussi un peu du destin des vignes de Collazzi. "Il est vrai qu'avec le nom de' Frescobaldi, c'est un peu plus facile", dit-il avec malice. Notre histoire prend peu à peu de l'ampleur.

"Collazzi est pour moi comme un rêve merveilleux. Ma mère et mon oncle m'ont demandé ce que l'on pouvait faire ici. J'ai répondu que je n'étais capable de rien ici, sauf de faire un peu de vin". Le départ - une chose décidée. "Dès le début, nous ne considérions pas Collazzi comme un domaine Frescobaldi. Je ne voulais pas de conflits d'intérêts et grâce à Collazzi, j'ai pu rencontrer personnellement d'autres personnes, comme Reto Vergani, qui desservent de plus petits canaux de distribution et sont hautement spécialisés. Des gens qui disent ce qu'ils pensent et qui ont envie de construire avec nous le projet de leur cœur. Quelle chance !", dit-il. Les vieilles vignes ont été arrachées et le premier millésime a été mis sur le marché en 1999. Les vignobles autour de Collazzi ont été plantés successivement et principalement de cabernet sauvignon, merlot, cabernet franc et petit verdot. On cherche presque en vain du sangiovese, bien qu'il apparaisse naturellement dans le Bastioni, le Chianti Classico DOCG de la maison, où il est seulement complété par un peu de merlot et de malvasia nera. "Nous avons écrit la première facture à la main", se souvient le marquis. Ils n'avaient pas d'ordinateur. "Collazzi, c'est ce que l'on fait quand on veut et peut regarder tous les détails de la production de vin", dit-il. La joie enthousiaste et exaltante résonne de manière palpable. "Dans les grands projets, ce n'est pas possible, ici nous pouvons contrôler chaque étape et en même temps nous n'avons pas le droit à l'erreur", dit-il en faisant surtout référence à Alberto Torelli, qu'il a embauché il y a 17 ans pour la direction œnologique. Torelli acquiesce. Lui aussi nous a rejoints. Le soir est tombé. Nous sommes assis à la Locanda Collazzi, le restaurant subtil qui se trouve au-dessus de la cave à vin et qui se consacre à "l'excellence de la nourriture et des vins ainsi qu'au sens du beau". Lamberto de' Frescobaldi l'explique ainsi : "Une grande partie de ce que nous proposons ici provient de notre propre production. Bœufs, poulets, huile d'olive, vin - nous y mettons beaucoup d'esprit et d'âme", explique le marquis, conscient que tous les clients ne considèrent pas ce luxe comme tel. "Collazzi n'est pas une beauté codifiée", dit-il, sans vouloir aller plus loin.

  

 

Alberto Torelli, lui, a du mal à tenir en place. On sent que son enthousiasme coule littéralement dans son corps. "J'ai pu contribuer à tout construire, année après année, étape après étape. Une ancienne fattoria est devenue un domaine viticole de qualité de premier plan - c'est tout ce qui nous intéresse", dit-il, et il le dit sans se vanter. "Avec 5000 bouteilles de vin par hectare, Collazzi reste un petit vignoble, mais un vignoble qui m'anime encore chaque jour, la passion ne veut pas me quitter, je suis fou de ce lieu et de ses sols", dit-il, lui qui a commencé à travailler sur ces collines à l'âge tendre de 23 ans. Il paraît que Torelli, sa nature simple et son opinion honnête ont impressionné le marquis lors d'une foire aux vins à Merano, qui lui a proposé un emploi pendant la foire. "J'aime qu'on dise ce qu'on pense et qu'on sache ce qu'on veut. C'est parce que Reto Vergani fait de même que nous avons pu grandir ensemble depuis 2004. Nous nous sommes trouvés, c'est un beau chemin sur lequel nous nous rencontrons toujours avec le sourire", dit Lamberto de' Frescobaldi. "Sauf que le marquis n'accepte pas tout, malheureusement", marmonne Vergani à table, tandis que le marquis complète : "Eh bien, au moins Vergani apparaît comme un homme d'honneur". Puis ils rient à nouveau et se racontent des histoires comme celle où Vergani a acheté la production complète du premier millésime d'un vin encore inconnu à l'époque, appelé Ferro, vinifié à 100 pour cent à partir de Petit Verdot. Lors du salon Vinitaly. Chez Alberto. "Alberto m'appelle", raconte le marquis : "... et me dit que Vergani a acheté tous les Ferro 2010 ! J'ai réagi un peu mal et j'ai expliqué à Alberto que ce n'était absolument pas possible ! Punto". - "C'est l'un des meilleurs petits verdots du monde", dit Alberto, lui aurait dit la Master of Wine Fiona Morrison alors qu'elle dégustait encore le Ferro en fût. Elle doit le savoir. Après tout, elle est mariée à Jaques Thienpont et oui, Le Pin à Pommerol est l'un des trois châteaux qu'ils exploitent. "Fiona Morrison nous a encouragés en nous disant qu'elle n'avait jamais dégusté de Petit Verdot 100 % qui soit aussi complexe sans être vulgaire", raconte Alberto Torelli, très ému. Les sols sablonneux, argileux et calcaires riches en minéraux et l'exposition au nord en sont responsables. 

 

 

Lamberto de' Frescobaldi intervient à nouveau : "Et puis Reto Vergani est arrivé et a tout acheté" ! Un déjeuner a été prévu, l'ambiance était en fait bonne, raconte le marquis, qui poursuit : "C'est alors que je me suis permis de dire à voix basse que je devais malheureusement retenir 250 bouteilles de Ferro. Vergani n'a pas écouté. Il m'a seulement dit que si j'aimais tant le vin, je pouvais le lui racheter !" Michelangelo a échangé de l'art contre des vins des de' Frescobaldi, mais passons. Depuis l'échange de Ferro, plusieurs autres projets communs ont en tout cas vu le jour, par exemple le Fiano élevé en barriques sous le label Anima di Vergani. "En remerciement, nous avons toujours mis un peu d'huile d'olive ou deux cartons de vin en plus sur la palette après chaque commande et à chaque livraison", explique Alberto. Et le marquis de prendre le relais : "Et un jour, Vergani nous appelle et nous exhorte à arrêter. Cela rendait sa comptabilité folle. Alors que nous voulions juste être gentils !" Et ainsi, ils continuent à rire et à raconter jusqu'à ce que la nuit tombe sur Collazzi. Lamberto de' Frescobaldi sort alors son téléphone portable et montre la vidéo dans laquelle on le reconnaît aisément sur une moto tout-terrain qui traverse les vignes. Le rythme est soutenu et la parcelle nouvellement plantée en contrebas de la villa semble dépasser les attentes les plus folles. Alberto Torelli : "Cela fait 15 ans que je voulais planter une vigne à cet endroit". Le sol est composé à 100 pour cent de gallestro toscano, une roche très poreuse et friable. Sous le vignoble se trouve un lac. "Un emplacement fantastique", s'enthousiasme Torelli. "Vous verrez bien", dit le marquis en souriant. "Si seulement le prix ne grimpait pas ...", dit Reto Vergani.

 

Texte : Andrin Willi | Image : Lukas Lienhard | Source : Edizione Vergani 13